Gagnez, Apprenez et économisez !

17 juillet 2024 / 23:11
No Data Found

Aucune information disponible

A l’horizon 2025, la Tanzanie ambitionne de tripler le nombre de touristes internationaux et de booster ainsi un secteur devenu essentiel à son économie.

L’engouement ne se dément pas pour la Tanzanie, qui affiche de solides performances sur l’année 2023. D’après les données de la Banque de Tanzanie citées par le site Africa24, le tourisme a généré 3,37 milliards de dollars de revenus l’an dernier, devenant la première source de devises du pays… devant les exportations d’or. Désormais, le secteur génère 17% du PIB de la Tanzanie et est le 3e plus gros pourvoyeur d’emploi, selon ONU Tourisme.

Pendant la crise du Covid, la destination n’a jamais fermé ses frontières, offrant un refuge aux voyageurs quand les restrictions de déplacements étaient la norme partout sur la planète. Une stratégie qui a permis à la Tanzanie de se relancer rapidement sur le marché international : en 2023, la destination a surpassé ses performances pré-Covid, avec 1,8 million de voyageurs (vs 1,5 en 2019), affichant +24% par rapport à l’année précédente. L’île de Zanzibar a pour sa part enregistré des arrivées touristiques en hausse de 16,4% en 2023, pour atteindre le chiffre record de 638498 touristes.  

Et la Tanzanie ne compte pas s’arrêter là : l’objectif affiché est d’atteindre les cinq millions de touristes internationaux à l’horizon 2025.

H.E. Ali Jabir Mwadini ©Emilie Vignon

Progressivement, l’offre se diversifie. Le dernier rapport en date de fDi Intelligence, du Financial Times, et de l’ONU Tourisme classe d’ailleurs la République-Unie de Tanzanie, avec neuf projets, parmi les 10 premiers pays d’Afrique et du Moyen-Orient ayant le plus grand nombre d’investissements en installations entièrement nouvelles dans le secteur du tourisme.

Réunis dans les murs de l’ambassade de Tanzanie à l’initiative du « Wild Tanzania – Leaders Club », qui assure la promotion de la destination en Europe, les professionnels de la destinations sont venus présenter leurs nouveautés à l’occasion du workshop annuel organisé il y a quelques jours, en présence du nouvel ambassadeur, H.E. Ali Jabir Mwadini.

Pionniers et petits nouveaux

Pionnier du tourisme en Tanzanie, Tanganyika développe actuellement un projet de lodge sur la plage à Saadani, au nord du pays. Le TO poursuit le développement de safaris écoresponsables ; il expérimentera cette année un safari 100% électrique. « C’est un essai, explique Denis Lebouteux, à la tête du TO. Auparavant nous mixions les deux types de véhicules. Là, les clients ne toucheront pas un véhicule Diesel. » Une évolution rendue possible grâce à l’amélioration de l’autonomie des batteries. Tanganyika vient également de signer le rachat de l’hôtel Emerson, à Zanzibar. « Nous allons débuter les travaux de rénovation à l’automne, indique Denis Lebouteux. Mais nous allons prendre notre temps. La ville attire de plus en plus les voyageurs, qui ont envie de découvrir une autre facette de Zanzibar. » L’hôtel ne fermera pas pendant les travaux de rénovation, qui s’étendront jusqu’à la fin de l’année 2025.

Zanzibar attire de plus en plus les opérateurs touristiques. Nouvel exposant lors de ce workshop, Lux y a posé ses bagages avec l’ouverture l’an dernier du Lux Marijani, son premier accord de gestion hôtelière en Afrique de l’Est. Arborant un style architectural arabe inspiré du passé de l’île aux épices, ce resort intimiste de 82 chambres s’étend le long de la plage de Pwani Mchangani. Il dispose de plusieurs restaurants et bars, dont un Café Lux, ainsi qu’un spa et un espace famille. Le Marijani Zanzibar vient d’être classé parmi les Tripadvisor Travelers’ Choice Awards Best of the Best Hotels : Meilleur Hôtel en Afrique (10e) et Hôtel de Luxe en Afrique (18e). DMC  spécialiste de Zanzibar, Africa Spirit annonce de son côté l’extension de villas privatives au sein du Karafuu Beach Resort & SPA.

Le sud, « le secret le mieux gardé »

En mode « slow safari », Laba Laba, propose également des prestations très haut de gamme avec le Laba Migration Camp, un luxueux camp dans le  Serengeti, promettant une plongée dans l’ambiance des premiers safaris du 19e siècle. A l’instar des troupeaux, mobiles, le Laba Migration Camp est itinérant. Laba Laba possède également trois lodges aménagés avec un sens certain de la décoration et pour cause : amoureux du continent africain, les propriétaires son les fondateurs de l’enseigne Maisons du Monde, qu’ils ont aujourd’hui revendue. L’un des lodges se trouve sur une île sauvage, les deux autres sont situés dans le sud de la Tanzanie. Le sud, « le secret le mieux gardé » de la destination, explique Najoua Janin, qui représente Laba Laba en France. « Beaucoup de voyageurs vont dans le Serengeti, où nous sommes présents aussi, car c’est plus facile d’accès et on y est sûr de cocher la liste des animaux à voir… Mais le luxe qu’offre la Tanzanie, ce sont les têtes à têtes intimistes avec la vie sauvage. Dans nos lodges du sud, nous sommes vraiment dans un esprit pionnier, celui de la quête, où l’on part chercher les animaux. Quand vous les croisez dans cette partie de la Tanzanie, vous êtes seuls au monde avec eux. »

De nouvelles connexions aériennes

Il y a aussi du nouveau du côté de l’aérien. Alors qu’Air France vient d’annoncer le lancement d’une liaison vers Kilimandjaro, en novembre, en continuation de Zanzibar, la compagnie tanzanienne Flightlink, qui opère plusieurs lignes intérieures, espère elle aussi développer des vols Paris-Kilimandjaro, au départ d’Orly cette fois. Des négociations sont en cours. Sur cette ligne, qui opérera pendant la saison haute, de juin à février, Flightlink envisage de faire voler 20000 à 25000 clients.

De son côté, Ethiopian Airlines étoffe ses connexions : en plus de son vol à 10h20 au départ d’Addis Abeba, la compagnie ajoutera un deuxième vol au départ d’Addis Abeba à 8h55 pour garantir une meilleure connectivité et une escale plus courte aux passagers venus de l’Hexagone. Ce vol additionnel est effectif depuis le 16 juin 2024, à raison de 4 fois par semaine. La compagnie augmente également sa fréquence de vols au départ de Marseille à compter du 2 décembre avec un vol supplémentaire vers Addis Abeba, via Madrid.
 

Un projet d’aéroport est également annoncé sur l’île de Pemba, qui suscite à son tour un intérêt croissant de la part des opérateurs touristiques.

Destination : en Tanzanie, un tourisme qui vaut de l’or (lechotouristique.com)

Juin 24, 2024

Derniers Articles

Souscrivez à notre newsletter