Gagnez, Apprenez et économisez !

17 juillet 2024 / 22:58
No Data Found

Aucune information disponible

Airbnb
C’est un projet qui rappelle la trajectoire de New York. Barcelone compte mettre un terme à la location d’appartements touristiques d’ici à 2029 pour faciliter l’accès au logement des habitants, a annoncé vendredi le maire de la ville.

« Le Parlement catalan nous autorise » désormais à « ne pas renouveler les licences des appartements touristiques », ce qui « nous permettra de remettre 10 000 logements sur le marché de la location ou de la vente », a assuré lors d’une conférence de presse le maire de Barcelone, le socialiste Jaume Collboni.

Selon la municipalité, les licences des appartements touristiques, renouvelées pour cinq ans en novembre, expireront en novembre 2028. Par conséquent, ‘ »à partir de 2029″, s’il n’y a pas de contretemps, « les appartements touristiques tels que nous les concevons aujourd’hui disparaîtront de la ville de Barcelone », a lancé l’édile.

Le logement, « principal » problème de Barcelone

Pour mettre en oeuvre cette mesure, Barcelone souhaite utiliser un décret approuvé l’an dernier par le parlement régional de Catalogne. Ce décret réglemente le nombre de logements dotés d’une licence d’utilisation touristique dans les villes où la pression immobilière est la plus forte.

« La ville ne peut pas permettre qu’un nombre aussi élevé d’appartements soit utilisé pour l’activité touristique dans un contexte où la difficulté d’accès au logement et les effets négatifs de la surpopulation touristique sont évidents », a justifié le conseil municipal dans un communiqué.

Selon M. Collboni, qui considère le logement comme le « principal » problème de Barcelone, les loyers ont augmenté de 68% au cours des dix dernières années dans la capitale catalane, où 10.101 logements disposent actuellement d’une licence comme appartement touristique.

Appel à manifester le 6 juillet

Barcelone a suspendu ces dernières années la délivrance de nouvelles licences sous la houlette de l’ancienne maire Ada Colau (2015-2023), ex-militante du droit au logement, afin de réguler l’expansion touristique de la ville, première destination pour les visiteurs étrangers en Espagne. Mais les effets du surtourisme ont néanmoins perduré sur le logement, notamment depuis la fin de la pandémie de Covid-19.

Entre cette situation, plusieurs associations locales ont appelé à une manifestation dans la ville le 6 juillet sous le mot d’ordre : « Assez ! Mettons des limites au tourisme ! ».

Ce rassemblement fait suite à d’autres manifestations similaires déjà organisées ces derniers mois dans d’autres hauts lieux du tourisme espagnol, comme les îles Canaries et Palma de Majorque.

Un précédent à New York

En septembre 2023, New York a instauré une loi qui interdit aux propriétaires de louer des dizaines de milliers de meublés touristiques pour une période inférieure à 30 jours. Objectif : lutter contre la crise du logement.

Cette nouvelle législation autorise un propriétaire à louer une pièce de son appartement à condition qu’il soit chez lui durant le séjour. Depuis, le nombre d’annonces Airbnb s’est effondré.

A Paris, seules les résidences principales peuvent être louées librement 120 jours par an maximum.

____________________________________

Barcelone : moins de 1% de locations saisonnières ?

Interrogé par L’Echo touristique, Airbnb n’a pas souhaité réagir, mais a simplement partagé des « éléments de contexte ». En février 2024, le pourcentage de locations saisonnières représente 0,65% du nombre total de logements dans la région, selon la plateforme. « Cela signifie qu’il y a eu moins d’une location saisonnière pour 100 logements », assure-t-elle. 

D'ici à 2029, Barcelone veut supprimer les locations saisonnières type Airbnb (lechotouristique.com)

Juin 24, 2024

Derniers Articles

Souscrivez à notre newsletter